#EGAlim : La chimie du végétal, une valorisation complémentaire des ressources agricoles

Paris, le 14/12/2017 – Les États-Généraux de l’Alimentation (EGA) viennent de se clôturer. L’Association Chimie du Végétal était présente, en tant qu’interlocuteur de référence de l’État et des Collectivités pour la Bioéconomie, et, plus particulièrement, toutes les réflexions associées à l’utilisation industrielle de la biomasse. Ambassadrice de la chimie biosourcée en France, l’ACDV a fait valoir les contributions de cette filière et livré ses recommandations, sources de rémunération complémentaire pour le secteur agricole.

Pour notre pays qui est le premier producteur agricole européen, le développement des produits biosourcés et des biomatériaux est une véritable opportunité économique. En créant de nouveaux débouchés agricoles, la chimie du végétal représente une diversification de revenus pour les exploitants.

« Pleinement engagée dans l’économie circulaire, partageant les ambitions de la France et de l’Europe en matière de bioéconomie, l’ACDV s’implique dans toutes les Stratégies nationales et Débats publics qui s’y rattachent. Défendant une bioéconomie durable, concertée entre les différents acteurs, et veillant à la complémentarité des usages alimentaires et non alimentaires, l’ACDV s’est impliquée dans les États-Généraux de l’Alimentation. Au sein de l’atelier 3 « Bioéconomie et économie circulaire », nous avons fait valoir les contributions de la filière chimie du végétal à la Bioéconomie, et apporté nos recommandations pour en accélérer le développement », indique François Monnet, Président de l’ACDV.

États-Généraux de l’Alimentation | Les messages portés par l’ACDV :

  • Définir un cadre politique et réglementaire global, unifiant les différentes stratégies et initiatives françaises, en lien avec le cadre européen.
  • Adapter la production agricole aux besoins des différents marchés, de façon durable et raisonnée
  • Veiller à la complémentarité des usages des biomasses et de leurs flux (alimentation, chimie, matériaux, énergie), pour un bénéfice économique partagé entre les acteurs
  • Appliquer une logique zéro déchet pour maximiser la valeur globale créée, au profit de tous
  • Soutenir la R&D en matière de chimie biosourcée durable portée par des innovations de rupture – Soutenir les biotechnologies industrielles pour valoriser et utiliser leur plein potentiel
  • Expliciter et comptabiliser les externalités positives apportée par la valorisation intégrale de la biomasse.

Télécharger ce Communiqué de presse en version .pdf