Articles

Bienvenue à l’UNIFAP

L’ACDV est heureuse d’accueillir un nouveau membre : l’UNIFAP. Cette union des fabricants de Peintures et de Vernis accompagne depuis 1957 des fabricants indépendants français et internationaux pour booster leur compétitivité et favoriser leur transition écologique.

22 Septembre 2020 – C’est dans un contexte de montée en puissance du segment de marché des peintures biosourcées, que l’association accueille en cette rentrée un nouvel adhérent : l’UNIFAP. Convaincue que l’union fait la force, cette union d’industriels indépendants propose à ses membres, des PME familiales, une mutualisation de moyens et la mise à disposition d’expertises pour accélérer leurs innovations et gagner des parts de marché. Mais plus qu’un support aux développements, l’UNIFAP est avant tout un lieu de partage et de soutien pour ses membres convaincus qu’on est toujours plus fort et moins seul à plusieurs. Et c’est dans cette logique de communauté, de mutualisation et de partage, que l’UNIFAP a souhaité rejoindre l’ACDV.

Un rapprochement qui coule de source

Le recours à des matières premières d’origine végétale est aujourd’hui devenu une thématique de développement stratégique pour nombre d’industriels, au premier rang desquels les fabricants de peintures et revêtements. Une évolution vers des produits plus « verts » qui répondent aux aspirations exprimées par le consommateur, comme le rappelait une récente étude ACDV/IFOP. Une évolution bien comprise aussi par les PME membres de l’UNIFAP qui en ont fait un axe majeur des études et projets menés au sein des laboratoires mis à disposition par le groupement. Rejoindre l’ACDV c’est aujourd’hui poursuivre cette montée en compétences sur le biosourcé et contribuer au dialogue aval-amont de cette jeune filière innovante. Une mutualisation des forces qui est déjà dans l’ADN de l’UNIFAP.

Le biosourcé, axe de développement stratégique pour les fabricants de peintures

« Le biosourcé est un axe de recherche et de développement très important pour les fabricants de peinture de notre groupement. Et l’UNIFAP est à la fois un support de veille technique et réglementaire et un support à l’innovation pour ses fabricants associés. C’est pour cela qu’il nous parait évident et essentiel d’adhérer à l’Association Chimie du Végétal, association référente de la filière du biosourcé », explique Pauline Chauvin, présidente de l’UNIFAP.

« L’ACDV est très heureuse d’accueillir l’UNIFAP parmi ses membres. Cette nouvelle adhésion témoigne den l’attractivité grandissante de notre association auprès de tous les acteurs et spécialistes du biosourcé, et de l’importance des actions que nous menons pour son développement et sa reconnaissance. L’accueil de ce nouvel acteur nous permettra ainsi de renforcer les expertises présentes au sein de l’ACDV, sur lesquelles se basent nos actions, au service de notre filière », affirme François Monnet, Président de l’ACDV.

#Ensemble

Télécharger le Communiqué de presse complet

Plant Based Summit

Plant Based Summit 2021 : Le Call for paper est ouvert

Vous souhaitez valoriser vos innovations biosourcées et rencontrer industriels et startups incontournables de la chimie du végétal et des biotechnologies industrielles ? Proposer votre contribution à l’occasion du Call for paper qui s’ouvre aujourd’hui.

Date limite : 21 septembre 2020

Plus d’infos ici : https://www.plantbasedsummit.com/call-for-papers-application-form-1-3/

#innovation #callforpaper #plantbasedsummit

Que pensent les français des produits biosourcés ?

Les produits biosourcés ont la cote auprès des français : 87% des Français ont une bonne image des produits biosourcés

L’Association Chimie Du Végétal (ACDV) a, de nouveau, confié à l’institut IFOP le soin de réaliser une enquête d’opinion auprès d’un échantillon représentatif de la population française. Objectif : mesurer, 2 ans après une première étude, l’appétence des français pour les produits biosourcés. Les résultats confirment nettement leur attrait pour ces produits innovants qu’ils identifient comme autant de solutions favorables à la transition écologique Et à la relocalisation industrielle.

Pour François Monnet, Président de l’ACDV,  “Cette deuxième enquête confirme l’image positive qu’ont ces produits auprès des français. Elle confirme l’importance grandissante qu’ils accordent à des produits plus écologiques et plus innovants

Perception positive

87% des français ont toujours une image positive des produits biosourcés.

Un intérêt réel pour le sujet

80% des français interrogés sont demandeurs d’informations supplémentaires sur ces produits issus de matières premières renouvelables.

Des produits biosourcés qui répondent aux attentes sociétales des français

Les français perçoivent bien la plus-value environnementale et économique de cette filière industrielle, porteuse des préoccupations qui se sont renforcées dans cette période de crise sanitaire. Notamment :

  • 83% pensent que son développement va apporter aux agriculteurs une vraie solution pour sécuriser leurs revenus
  • 76% pensent que ces produits contribuent efficacement à la ré-industrialisation de la France
  • 77% considèrent qu’ils contribuent de façon significative à la réduction d’émissions de gaz à effet de serre
  • 75% considèrent que leur développement va permettre la création de nouveaux emplois à haute valeur ajouté (R&D, Marketing, …)

Soutien légitime des Pouvoirs publics

Conséquence logique de ce bénéfice perçu des produits biosourcés : 83% des français estiment qu’il est légitime pour les pouvoirs publics de soutenir ces développements.

« Dans un contexte de redémarrage économique, le pays a de nombreux atouts pour devenir un champion des produits biosourcés, bases d’une reconstruction industrielle combinant compétitivité, écologie, souveraineté et revitalisation territoriale. Les acteurs industriels y sont prêts » affirme François Monnet.

Télécharger le Communiqué de presse 

Télécharger l’infographie des principaux résultats de l’enquête “Que pensent les français des produits biosourcés ?”

 

METHODOLOGIE

  • L’enquête a été́ menée par l’institut IFOP auprès d’un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
  • La représentativité́ de l’échantillon a été́ assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
  • Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 9 Avril 2020.

L’ACDV accueille l’AFISE

L’ACDV a le plaisir d’accueillir un nouvel adhérent ! L’AFISE, association française des industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle représente 80% des industriels de ce secteur, l’un des acteurs majeurs du développement de produits biosourcés. Une adhésion en forme de partenariat gagnant-gagnant donc tant les synergies sont aujourd’hui nombreuses.
« L’utilisation de matières premières biosourcées est une demande très forte du marché de la détergence et c’est un sujet essentiel pour nos adhérents. Notre adhésion concrétise aujourd’hui notre implication dans les travaux de l’ACDV devenue de plus en plus évidente ! » explique Virginie D’Enfert, Déléguée Générale de l’AFISE.

Découvrez notre Rapport d’Activité

Le nouveau rapport d’activité de l’Association (2019-2020) est paru ! L’occasion d’un bilan d’un an d’actions au services de nos membres… mais aussi et surtout l’occasion de dessiner les perspectives encourageantes qui s’ouvrent pour la filière chimie du végétal & biotechnologies industrielles. Téléchargez le ici :

Rapport d’activité ACDV 2019-2020

Bonne lecture !

Chimie du végétal : une réalité industrielle qui maille le territoire

La chimie du végétal et les Bioproductions sont aujourd’hui une réalité industrielle qui contribuent à la (ré)industrialisation du pays. Et parce qu’une image est souvent plus explicite qu’un long discours, l’ACDV publie une nouvelle mise à jour de la cartographie de ces activités. Ce sont plus de 60 sites supplémentaires, répartis sur l’ensemble du territoire hexagonal, qui ont été identifiés dans cette nouvelle version.

Ce document distingue 3 activités liées : les centre de R&D, les sociétés de biotechnologies industrielles (également dénommées “biotech blanches”) et les bioraffineries & sites de production de la chimie du végétal.

La version interactive de ce document a également été mise à jour sur notre site et est accessible ici.

Télécharger la carte des sites de la chimie du végétal et des Biotechnologies industrielles

 

Plant Based Summit 2021 : Save the date !

Congrès unique en son genre, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la chimie et des matériaux biosourcés, Plant Based Summit (“PBS” pour les intimes) se déroulera du 2 au 4 juin 2021, à Reims. Cette nouvelle édition sera l’occasion de découvrir, par marchés sectoriels, les innovations et tendances de développement des produits issus de matières premières végétales.

Plus d’information sur le format et le contenu de Plant Based Summit 2021 en cliquant ici 

#plantbasedsummit 

 

Produits biosourcés & empreinte carbone : l’infographie

Les produits biosourcés font partie des solutions permettant de réduire notre empreinte carbone.

En effet, la chimie du végétal contribue à la lutte contre le réchauffement climatique. Les végétaux, utilisés comme matières premières, captent le CO2 atmosphérique, principal gaz responsable de l’effet de serre.
Le végétal est un réacteur naturel capable de capter ce CO2 atmosphérique, en utilisant l’énergie solaire : c’est le mécanisme de la photosynthèse. Ce mécanisme place clairement la chimie du végétal , et les produits biosourcés qu’elle permet d’obtenir, comme une des solutions immédiatement disponibles pour répondre aux challenges d’une économie décarbonée.
Et parce qu’une image est souvent bien plus parlante qu’un discours, l’ACDV a réalisé cette infographie décrivant ce mécanisme. A utiliser largement !

 

Carbiolice rejoint les rangs de l’Association Chimie du Végétal

En ce début d’année, l’ACDV a le plaisir d’accueillir un nouvel adhérent : Carbiolice. Cette jeune pousse française a mis au point un procédé unique permettant de rendre un plastique d’origine végétale (PLA) 100% compostable.
Février 2020 – L’Association Chimie Du Végétal (ACDV) soutient et représente les industriels qui conçoivent, fabriquent ou utilisent des matériaux et produits biosourcés. Elle accueille un nouveau membre, Carbiolice, pépite auvergnate de la biotechnologie, qui vient de développer un procédé accélérant la biodégradation des plastiques d’origine végétale pour les rendre plus rapidement compostables.

A deux ans des premiers objectifs du Pacte national pour les emballages plastiques, qui engagent les signataires à mettre en place 60% d’emballages réutilisables, recyclables ou compostables en 2022, et 100% en 2025, l’adhésion de Carbiolice à l’ACDV prend tout son sens au regard des valeurs et objectifs partagés. Elle leur permet aussi de s’enrichir mutuellement de nouvelles expertises multi-secteurs et multi-activités.
En venant grossir les rangs de l’association, ce 54ème adhérent contribue à la structuration de cette filière industrielle et renforce ainsi le rôle de l’ACDV en tant qu’interlocuteur représentatif et naturel auprès des pouvoirs économiques et politiques.

Co-construire une filière industrielle de la chimie du végétal

« Carbiolice a mis au point une solution enzymatique qui permet au plastique d’origine végétale (PLA) de devenir 100% compostable, sans aucun résidu, ni toxicité pour les sols.
Notre adhésion à l’ACDV est donc une évidence puisque nous avons à cœur de co-construire une filière du plastique biosourcé compostable avec les acteurs de la chimie du végétal pour répondre aux enjeux environnementaux et règlementaires. » explique Nadia Auclair, Présidente de Carbiolice.

Apport de la filière dans l’émergence d’une société durable

«L’ACDV est très fière d’accueillir Carbiolice parmi ses membres, et confirme par là même son rôle de soutien au développement de la chimie du végétal et des bioproductions, et de structuration de cette filière innovante en plein essor. Carbiolice est une nouvelle illustration de l’apport de la chimie du végétal à l’économie circulaire et à l’émergence d’une société durable », affirme François Monnet, Président de l’ACDV.

 

WoodChem, RV incontournable de la chimie du bois

Du 20 au 22 novembre 2019 se déroulera à Nancy la 5ème édition de la conférence scientifique Woodchem dédiée à la chimie du bois et à ses applications industrielles. Elle s’adresse à un public scientifique, chercheurs, responsables R&D des industriels de l’amont (transformation du bois) et de l’aval (industries chimiques et marchés d’application) et vise à partager sur les dernières avancées scientifiques dans le domaine et sur les innovations des industriels.
Les forestiers et les acteurs de la forêt sont également conviés le 20 novembre à un programme qui leur est destiné sur les enjeux de la chimie du bois en tant que débouchés pour les ressources issues de l’exploitation forestière.

Chimie, le 4ème usage du bois
Bois d’œuvre, bois industrie et bois énergie : les usages traditionnels du bois sont bien connus. Pourtant, cette matière première renouvelable recèle un 4ème usage aux potentiels encore peu exploités : la chimie du bois. Bitume vert, bio-plastique, cosmétiques, matériaux isolants, compléments alimentaires, vanilline, chewing-gums et bien d’autres peuvent désormais trouver leur source dans la biomasse forestière. Aujourd’hui, 6 % des marchés de l’énergie, des matériaux et de la chimie sont biosourcés tandis que le Gouvernement se fixe l’objectif de 10% pour 2030,mettant en perspective un enjeu majeur pour la régulation climatique.

La chimie du bois, c’est la transformation du bois en nouvelles molécules chimiques. C’est un mot nouveau, et c’est pourtant une réalité très ancienne. L’utilisation du bois pour la chimie est connue des professionnels depuis bien longtemps. Depuis 20 ans de nouvelles filières se tournent vers des matières premières biosourcées, se désengageant progressivement des produits issus du pétrole. Car le bois peut théoriquement reproduire l’ensemble des produits chimiques provenant du pétrole, nous retrouvons désormais ces “filières vertes” là où nous les aurions peut-être le moins attendu : cosmétiques, agroalimentaire, pharmacologie, construction, textile, biocarburants, etc. Le bois, véritable “or vert”, constitue un des principaux moteurs de la bioéconomie, qui s’ancre dans l’ère d’une chimie renouvelable en cours de construction

Une double opportunité pour les forestiers et les industriels
Pour la filière forêt-bois, cette chimie verte est une opportunité d’optimiser encore davantage une ressource ou ses résidus dans un processus à forte valeur ajoutée. Elle ne vient cependant pas concurrencer les débouchés de la filière forêt-bois traditionnelle, elle vient les compléter. De l’autre côté, s’ouvrent pour les industriels de la chimie de nouvelles chances de produire des substances plus vertes qui soient de réelles alternatives aux produits issus de la pétrochimie. Les applications potentielles de cette chimie du bois couvrent un large spectre de domaines et de secteurs : matériaux de construction, ameublement, transport, cosmétique, pharmacologie et bien d’autres.

Une rencontre pour concrétiser l’émergence d’une vraie filière
Proposer un lieu propice aux échanges entre acteurs, académiques ou industriels, pour faire avancer la recherche et émerger de nouvelles applications industrielles : telle est la vocation de la conférence Woodchem, dont le Pôle Fibres-Energivie et le Pôle IAR – le Pôle de la bioéconomie organisent la 5ème édition à Nancy les 20, 21 et 22 Novembre. Lancées en 2009 à l’initiative du Pôle de Compétitivité Fibres-Énergivie, les conférences Woodchem sont très prisées des chercheurs et universitaires mais aussi des industriels qui représentent un tiers des participants.
WOODCHEM met en lumière tous les deux ans les avancées scientifiques, techniques et technologiques issues de la xylochimie. Scientifiques et industriels se rencontrent, discutent et se challengent dans l’optique d’approfondir encore les connaissances fondamentales en la matière et de leur trouver des applications concrètes : molécules nouvelles, diversification des sources d’approvisionnement, subsitution verte, etc.

Dans la lignée des éditions précédentes, Woodchem 2019 traitera de la valorisation des molécules et macromolécules issues du bois et ses dérivés ainsi que sur les processus chimiques et biochimiques impliquées dans leur production.
Les réflexions de la recherche et de l’industrie portent à la fois sur les procédés d’extraction des molécules du bois (extraction, modification, transformation chimique et biochimique de la biomasse ligno-cellulosique) et sur l’élaboration de produits en réponse aux besoins exprimés par les marchés. L’édition 2019 portera également un intérêt particulier à la valorisation des biomolécules issues d’essences tropicales.

En invitant cette année les acteurs de la forêt-bois, WOODCHEM joue son rôle au service d’une chimie du bois intégrée et performante. Le colloque facilite l’approvisionnement futur en matière première et participe à lui trouver des débouchés et des applications. La première demi-journée, le 20 novembre sera donc consacrée à la rencontre entre les scientifiques et les acteurs de la filière forêt-bois. Les interventions présenteront les enjeux et les contours du sujet, exposeront des cas concrets d’acteurs de la filière forêt bois engagés et évoqueront les conditions nécessaires pour faire émerger une filière structurée.
Pour en savoir plus : www.woodchem.fr

Nota : Les conférences sont en anglais. La 1/2 journée du 20 novembre (programme forestier) est en français avec un interprétariat franco-anglais.

#WoodChem2019