Articles

Plant Based Summit 2021 : Save the date !

Congrès unique en son genre, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la chimie et des matériaux biosourcés, Plant Based Summit (“PBS” pour les intimes) se déroulera du 2 au 4 juin 2021, à Reims. Cette nouvelle édition sera l’occasion de découvrir, par marchés sectoriels, les innovations et tendances de développement des produits issus de matières premières végétales.

Plus d’information sur le format et le contenu de Plant Based Summit 2021 en cliquant ici 

#plantbasedsummit 

 

Produits biosourcés & empreinte carbone : l’infographie

Les produits biosourcés font partie des solutions permettant de réduire notre empreinte carbone.

En effet, la chimie du végétal contribue à la lutte contre le réchauffement climatique. Les végétaux, utilisés comme matières premières, captent le CO2 atmosphérique, principal gaz responsable de l’effet de serre.
Le végétal est un réacteur naturel capable de capter ce CO2 atmosphérique, en utilisant l’énergie solaire : c’est le mécanisme de la photosynthèse. Ce mécanisme place clairement la chimie du végétal , et les produits biosourcés qu’elle permet d’obtenir, comme une des solutions immédiatement disponibles pour répondre aux challenges d’une économie décarbonée.
Et parce qu’une image est souvent bien plus parlante qu’un discours, l’ACDV a réalisé cette infographie décrivant ce mécanisme. A utiliser largement !

 

Carbiolice rejoint les rangs de l’Association Chimie du Végétal

En ce début d’année, l’ACDV a le plaisir d’accueillir un nouvel adhérent : Carbiolice. Cette jeune pousse française a mis au point un procédé unique permettant de rendre un plastique d’origine végétale (PLA) 100% compostable.
Février 2020 – L’Association Chimie Du Végétal (ACDV) soutient et représente les industriels qui conçoivent, fabriquent ou utilisent des matériaux et produits biosourcés. Elle accueille un nouveau membre, Carbiolice, pépite auvergnate de la biotechnologie, qui vient de développer un procédé accélérant la biodégradation des plastiques d’origine végétale pour les rendre plus rapidement compostables.

A deux ans des premiers objectifs du Pacte national pour les emballages plastiques, qui engagent les signataires à mettre en place 60% d’emballages réutilisables, recyclables ou compostables en 2022, et 100% en 2025, l’adhésion de Carbiolice à l’ACDV prend tout son sens au regard des valeurs et objectifs partagés. Elle leur permet aussi de s’enrichir mutuellement de nouvelles expertises multi-secteurs et multi-activités.
En venant grossir les rangs de l’association, ce 54ème adhérent contribue à la structuration de cette filière industrielle et renforce ainsi le rôle de l’ACDV en tant qu’interlocuteur représentatif et naturel auprès des pouvoirs économiques et politiques.

Co-construire une filière industrielle de la chimie du végétal

« Carbiolice a mis au point une solution enzymatique qui permet au plastique d’origine végétale (PLA) de devenir 100% compostable, sans aucun résidu, ni toxicité pour les sols.
Notre adhésion à l’ACDV est donc une évidence puisque nous avons à cœur de co-construire une filière du plastique biosourcé compostable avec les acteurs de la chimie du végétal pour répondre aux enjeux environnementaux et règlementaires. » explique Nadia Auclair, Présidente de Carbiolice.

Apport de la filière dans l’émergence d’une société durable

«L’ACDV est très fière d’accueillir Carbiolice parmi ses membres, et confirme par là même son rôle de soutien au développement de la chimie du végétal et des bioproductions, et de structuration de cette filière innovante en plein essor. Carbiolice est une nouvelle illustration de l’apport de la chimie du végétal à l’économie circulaire et à l’émergence d’une société durable », affirme François Monnet, Président de l’ACDV.

 

L’ACDV accueille 2 nouveaux membres et renforce ainsi sa représentativité !

Paris, le 26 septembre 2019 

La biotech BGene Genetics, spécialisée dans les cosmétiques, et le fabricant de détergents « verts » Abnet – La Vigie viennent grossir les rangs de l’ACDV. Ces PME, porteurs d’innovations « Made in France », illustrent la vitalité du développement de produits issus de matières premières végétales, et la diversité des secteurs concernés.

« Nous sommes très heureux d’accueillir ces deux nouveaux membres dans la communauté de la chimie du végétal. Ils participent à la dynamique de notre association, ils confortent sa représentativité à tous les niveaux de la chaine de valeur, ils renforcent les expertises et compétences métier en présence » indique François Monnet, Président de l’ACDV.

ABNET LA VIGIE, une approche globale
Fondé en 1990, Abnet – La Vigie conçoit, fabrique et distribue des détergents multi-usages. En 1994, la PME familiale s’oriente vers le développement d’une gamme écologique encouragée par la demande de l’un de ses clients. Issue partiellement de matière premières végétales comme le maïs, la formule est biodégradable en moins de 21 jours. Fournisseur de décontaminant nucléaire, Abnet – La Vigie a comme projet l’élaboration d’un décontaminant biosourcé, une première.
« Abnet – La Vigie a une approche globale de l’écoconception. Adhérer à l’ACDV en fait partie. Présent sur toute la chaine de fabrication, de l’amont à l’aval, nous avons un rôle à jouer dans la sensibilisation de nos clients professionnels et particuliers aux produits issus de matières premières végétales. Nous devons porter d’une seule voix les intérêts de la filière », Yves Péretié, Dirigeant-Fondateur.

BGENE GENETICS, la valorisation des déchets du bois par voie biotechnologiques
Créé en 2014, BGene Genetics est spécialiste en ingénierie génétique des micro-organismes. C’est en 2017 que le laboratoire s’est résolument tourné vers le sourcing végétal. La stratégie a été payante puisque BGene Genetics a bénéficié d’une levée de fonds de 3 M€. Le laboratoire valorise des coproduits du bois via des souches bactériennes pour produire des molécules biosourcées. L’objectif est d’accompagner les industries cosmétiques dans leur recherche de naturalité (ingrédients et parfums essentiellement).
« Au-delà du sourcing végétal, nous nous inscrivons dans le cycle d’une économie circulaire, en valorisant les déchets du bois, bois de chênes issus de forêts françaises, gérées durablement. L’adhésion à l’ACDV était donc évidente. Nous portons un grand intérêt aux groupes de travail qui se penchent sur des problématiques concrètes. Nous souhaitons plus particulièrement nous investir dans les outils de communication pédagogiques, afin de contribuer à une meilleure compréhension de ce qu’est la chimie du végétal, ses objectifs et bénéfices », Marie-Gabrielle Jouan, Fondatrice et CEO BGene Genetics.

Trophées de la bioéconomie

Le Ministère de l’Agriculture lance la 2e édition des Trophées de la bioéconomie ! Ce concours récompense des projets de filière qui proposent de valoriser des bioressources en substitution aux ressources fossiles. Les projets doivent s’inscrire dans l’une des 3 catégories suivantes : biomatériaux, chimie biosourcée, bioénergies. Les projets doivent offrir des débouchés innovants, non alimentaires, aux bioressources. Les solutions biosourcées proposées doivent être abouties. Les projets doivent favoriser la structuration de filière, en intégrant l’ensemble des étapes de l’amont à l’aval.

Vous avez du 3 au 15 octobre pour adresser votre candidature !

Pour candidater, cliquez ici

 

Make our Plants Great Again

[#10ansACDV]

Paris, le 12 juillet 2018 – L’Association Chimie Du Végétal (ACDV) fêtait la semaine dernière ces 10 ans d’existence. L’occasion de rassembler l’ensemble des acteurs industriels de la filière et de rappeler la vitalité des produits biosourcés. Membre de la French fab, l’ACDV a également profité de l’occasion pour diffuser aux 150 participants la première série de pin’s French Fab (le coq bleu) en plastique biosourcé !

Ils étaient nombreux ce 3 juillet à être venus célébrer les 10 ans de l’ACDV : industriels, institutionnels, représentants de la Recherche, Pouvoirs Publics, journalistes… tous réunis pour évoquer le développement d’une filière innovante qui dispose de nombreux atouts pour répondre aux grands défis de notre siècle.

Quel avenir pour la chimie du végétal ?
S’il a été question des 10 premières années du développement de la chimie du végétal, faites de « marées hautes et de marées basses » selon les mots du président d’honneur de l’ACDV, Christophe Rupp-Dahlem (Roquette), cet anniversaire était indubitablement placé sous le signe de l’ouverture sur les 10 années à venir. Et en la matière les différents points de vue mobilisés à la tribune étaient optimistes !
L’Association avait choisi un mode de prises de parole pour le moins original pour ce type de manifestation, en organisant des « seuls en scène » (inspirés du modèle Ted-X) permettant à différents points de vue extérieurs de s’exprimer :

  • La jeune génération, représentée par Kevin Louis, créateur d’entreprise innovante dans le domaine de la chimie du végétal,
  • Les ONG avec la présence de Dale Walker de la fondation Ellen Mc Arthur,
  • L’expertise avec celle de Christophe Drevelle, de PWC identifiant des signaux forts favorables à la croissance rapide de la filière,
  • L’Investissement avec celle de Joško Babonovic, partner du fonds de capital-risque Sofinnova, qui a livré en mode stand-up une vision du futur où les produits biosourcés seront devenus incontournables, une vision qui l’amène à investir dans ces pépites, aux 4 coins du monde.

En conclusion, Jean-Marc Callois, représentant le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a porté sa note positive quant au potentiel de la Chimie du végétal identifiée comme solution d’avenir.

Le challenge de l’ACDV : « Make our Plants Great Again »
S’il a évoqué les résultats très positifs de l’enquête IFOP « Les Français et les produits biosourcés », François Monnet (Solvay), Président de l’ACDV, a aussi livré la vision de l’association sur le futur des produits issus de matières premières végétales. Un avenir qui s’inscrit dans une dynamique environnementale vertueuse, à la fois sur le plan climatique et en articulation avec l’économie circulaire. Un avenir qui s’inscrit de même dans une dynamique économique positive, portée par l’innovation, créatrice d’emplois à forte valeur ajoutée et qui s’ancre au sein des territoires. Un avenir résumé par le motto de la soirée, en clin d’œil à celui de l’Accord de Paris : #MakeOurPlantsGreatAgain

Pin’s French Fab biosourcés : une première… qui espère une suite !
L’ACDV, fière de porter les valeurs de la French Fab, a matérialisé son engagement en faisant réaliser, sur imprimante 3-D, les premiers pin’s du coq emblématique en résine plastique biosourcée (issue de sucre). Une première série qui illustre pleinement le « jeu collectif » de l’association professionnelle : sa réalisation est le fruit de l’investissement et de la collaboration de deux adhérents TotalCorbion PLA et Solvay, et du concours du 3D.FAB de Lyon & de la plate-forme technologique lyonnaise Axel’One.

« French Fab est le terrain d’expression des industriels innovants, inscrits dans le développement durable et l’économie circulaire. Notre mouvement collectif vient leur donner les moyens de prendre le pouvoir en s’appropriant nos outils selon leurs technologies et leur propre savoir-faire. L’ACDV l’a bien compris et montre l’exemple en nous racontant une belle histoire au travers du coq 3D en plastique biosourcé » indique Julie LEIBOVICI, BPIFrance (Développement de l’offre Accompagnement La French Fab).