Les épis mûrs de la chimie du végétal

[10 ans de l’ACDV]

Paris, le 29 juin 2018 – En fêtant ses 10 ans, mardi prochain 3 juillet, l’Association Chimie Du Végétal (ACDV) célèbrera l’essor d’une nouvelle filière industrielle, une filière qui apporte des solutions aux grands enjeux du XXIème siècle, économiques, sociaux et environnementaux.

10 années d’actions et une histoire déjà riche
Poussée par les craintes liées à la flambée des prix du pétrole dans les années 2000, la chimie du végétal, c’est-à-dire issue de matières premières végétales, a su tracer au fil des années son propre chemin. Un chemin qui passe par l’apport de solutions innovantes pour de très nombreux secteurs : peintures, plastiques, adhésifs, détergents, cosmétiques, … Un chemin qui a très vite nécessité de se regrouper et de structurer cette filière en croissance, depuis l’amont (agro-industriels) jusqu’aux acteurs industriels des marchés aval, en contact direct avec le consommateur.

C’est ainsi qu’est née l’Association Chimie Du Végétal (ACDV). Fondée par 5 acteurs pionniers, elle compte aujourd’hui
55 membres. Une croissance qui ne l’empêche pas de conserver ses fondamentaux : dialogue amont-aval, sens du collectif, exigence intellectuelle et rigueur scientifique dans ses travaux.

En effet, l’ACDV est, aussi, un cercle de travail collectif où se construisent les outils nécessaires au développement du biosourcé en France : analyses de cycle de vie, critères normatifs, articulation avec l’économie circulaire, synergies avec les procédés de biotechnologies industrielles…

Cette action est concrétisée par la dynamique de ces produits qui sont aujourd’hui des réalités de marché.

Un référent reconnu de la filière des produits biosourcés
Riche d’expertises multiples, l’ACDV est devenue en quelques années un interlocuteur incontournable sur les sujets d’innovation, de renouveau industriel et d’implantation de la Bioéconomie.
Ses membres ont régulièrement répondu présents aux sollicitations des pouvoirs publics sur ces sujets, notamment  lors des Etats Généraux de l’Alimentation, ou encore lors de l’élaboration de :
• La Loi de Transition énergétique pour la croissance verte (LTECV)
• La Stratégie Nationale de la Bioéconomie,
• La Nouvelle France Industrielle,
• …

Des réponses aux enjeux du siècle
La chimie biosourcée possède de nombreux atouts qui la placent au cœur des solutions aux grands défis de notre siècle. Parmi elles :

  • Environnement : par la diminution de l’usage des ressources fossiles qu’elle permet, la chimie du végétal contribue à l’atteinte des objectifs de réduction des gaz à effet de serre fixés par l’Accord de Paris et donc à la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Economie : la filière permet de sécuriser les revenus du monde agricole en diversifiant ses débouchés. Se faisant elle permet une revitalisation des territoires ruraux et une plus grande création de valeur sur le territoire national.
  • Sociaux : la filière crée aujourd’hui des emplois locaux, à haute valeur ajoutée, et non délocalisables.

« Pendant les 10 premières années de l’ACDV, les conditions économiques et technologiques ont fondamentalement changé. Les acteurs de la Chimie du Végétal ont su s’adapter, et offrir des réponses innovantes et durables aux consommateurs. L’avenir de la filière passe par sa capacité toujours plus forte à proposer des produits différenciés, qui apportent des propriétés supplémentaires (légèreté, brillance, robustesse, …) parce qu’issues de matières premières végétales.
Forte de l’expertise de ses membres et convaincue de la valeur créée par le travail collectif qu’elle leur propose, l’ACDV est prête à poursuivre sans relâche sa mission de structuration de cette filière. Elle aura à cœur d’être l’interlocuteur incontournable des administrations, notamment dans le cadre de la bioéconomie française et européenne. Elle sera le porteur de cette vision d’une chimie du végétal durable, respectueuse des besoins des citoyens et des contraintes évolutives de notre société. »
François Monnet, Président de l’ACDV.