Articles

L’ACDV accueille 2 nouveaux membres et renforce ainsi sa représentativité !

Paris, le 26 septembre 2019 

La biotech BGene Genetics, spécialisée dans les cosmétiques, et le fabricant de détergents « verts » Abnet – La Vigie viennent grossir les rangs de l’ACDV. Ces PME, porteurs d’innovations « Made in France », illustrent la vitalité du développement de produits issus de matières premières végétales, et la diversité des secteurs concernés.

« Nous sommes très heureux d’accueillir ces deux nouveaux membres dans la communauté de la chimie du végétal. Ils participent à la dynamique de notre association, ils confortent sa représentativité à tous les niveaux de la chaine de valeur, ils renforcent les expertises et compétences métier en présence » indique François Monnet, Président de l’ACDV.

ABNET LA VIGIE, une approche globale
Fondé en 1990, Abnet – La Vigie conçoit, fabrique et distribue des détergents multi-usages. En 1994, la PME familiale s’oriente vers le développement d’une gamme écologique encouragée par la demande de l’un de ses clients. Issue partiellement de matière premières végétales comme le maïs, la formule est biodégradable en moins de 21 jours. Fournisseur de décontaminant nucléaire, Abnet – La Vigie a comme projet l’élaboration d’un décontaminant biosourcé, une première.
« Abnet – La Vigie a une approche globale de l’écoconception. Adhérer à l’ACDV en fait partie. Présent sur toute la chaine de fabrication, de l’amont à l’aval, nous avons un rôle à jouer dans la sensibilisation de nos clients professionnels et particuliers aux produits issus de matières premières végétales. Nous devons porter d’une seule voix les intérêts de la filière », Yves Péretié, Dirigeant-Fondateur.

BGENE GENETICS, la valorisation des déchets du bois par voie biotechnologiques
Créé en 2014, BGene Genetics est spécialiste en ingénierie génétique des micro-organismes. C’est en 2017 que le laboratoire s’est résolument tourné vers le sourcing végétal. La stratégie a été payante puisque BGene Genetics a bénéficié d’une levée de fonds de 3 M€. Le laboratoire valorise des coproduits du bois via des souches bactériennes pour produire des molécules biosourcées. L’objectif est d’accompagner les industries cosmétiques dans leur recherche de naturalité (ingrédients et parfums essentiellement).
« Au-delà du sourcing végétal, nous nous inscrivons dans le cycle d’une économie circulaire, en valorisant les déchets du bois, bois de chênes issus de forêts françaises, gérées durablement. L’adhésion à l’ACDV était donc évidente. Nous portons un grand intérêt aux groupes de travail qui se penchent sur des problématiques concrètes. Nous souhaitons plus particulièrement nous investir dans les outils de communication pédagogiques, afin de contribuer à une meilleure compréhension de ce qu’est la chimie du végétal, ses objectifs et bénéfices », Marie-Gabrielle Jouan, Fondatrice et CEO BGene Genetics.

L’ACDV renouvelle son CA, François Monnet réélu président

Paris, le 27 juin 2019 – François Monnet vient d’être réélu à la présidence de l’Association Chimie du Végétal (ACDV) par un Conseil d’administration renouvelé. L’ACDV réunit 55 adhérents représentatifs de l’ensemble de la filière : agro-producteurs, chimistes, entreprises de biotechnologie, industriels de l’aval (utilisateurs de composés issus de matières premières végétales), pôles de compétitivité et filières professionnelles.

Créé il y a 11 ans, l’Association Chimie Du Végétal œuvre à la fois pour faire croitre la notoriété des produits biosourcés et pour accompagner la structuration de cette nouvelle filière industrielle.

Riche de la grande diversité de ses membres – start-up, PME, ETI, grands groupes internationaux – l’ACDV tend par ses actions à l’identification et au partage des attentes sociétales, des besoins exprimés par les marchés, et au développement d’une industrie durable.

François Monnet, réélu Président de l’ACDV pour 3 ans, a défini, avec le nouveau conseil d’administration, une feuille de route soutenant le développement économique de la filière. Elle vise à ce que la chimie du végétal prenne toute sa place dans le contexte européen, notamment en favorisant les liens avec les autres branches de la bioéconomie en France, en définissant le cadre réglementaire valorisant ses innovations et en accompagnant la montée en notoriété de ces nouveaux matériaux qui se placent du côté des solutions au défi climatique.

Nouvelle gouvernance

La nouvelle composition du Conseil d’administration de l’ACDV, élu lors de l’AG du 25 juin, s’illustre par un équilibre entre continuité et renouvellement : la moitié de ses membres sont en effet de nouveaux entrants.

Elle reflète également la réalité de cette industrie en regroupant acteurs industriels « historiques » (Roquette, Solvay, Arkema, BASF, Total, Sphere, Seppic, PPG…), jeunes pousses dédiées  à la production de molécules et produits issus de matières premières végétales (Algo, Afyren, Pili, ARD), … et toujours un lien avec un pôle de compétitivité (IAR).

« Nous sommes très heureux d’accueillir de nouveaux membres au sein de la gouvernance de notre association. Leur adhésion démontre la dynamique à l’œuvre chez les industriels en matière de renouvellement des matières premières. Elle souligne également notre rôle d’acteur actif et reconnu dans le dialogue auprès de l’ensemble de la chaîne de valeur, du producteur à l’utilisateur final », indique François Monnet, Président de l’ACDV » indique François Monnet, président de l’ACDV

Lire le communiqué de presse ici.

Découvrez la première carte interactive de la Chimie du Végétal en France.

Nous sommes très fiers de présenter la première cartographie des sites de la chimie du végétal en France recensant les laboratoires de R&D, les biotechnologies blanches et les bioraffineries. Découvrez la carte ici

Terres Univia rejoint l’ACDV

Organisation interprofessionnelle des huiles et protéines végétales, Terres Univia vient de rejoindre l’Association Chimie du Végétal. Un engagement en cohérence avec son plan de filière 2018-2022 qui définit comme action prioritaire la diversification des voies de valorisation de ses productions et le développement de la bioéconomie circulaire bas-carbone.

Plus d’information dans le Communiqué de presse accessible ici